fr es

Principauté pyrénéenne nichée entre la France et l’Espagne, comment l’Andorre gère la « crise du Covid 19 » ? Comment ce petit pays peuplé de près de deux-tiers d’expatriés gère le Coronavirus tandis que ses pays voisins ont fermés ses deux uniques frontières ? Félicitée par plusieurs média internationaux pour sa gestion de la pandémie, la Principauté d’Andorre affiche un taux de mortalité Covid-19 comptant parmi les plus bas du monde ! De quoi rassurer les futurs expatriés andorrans, et tous ceux qui envisagent de vivre en Andorre.

L’Andorre, pays où il fait bon vivre pour un expatrié, même en pleine crise du COVID-19 !

Face au Coronavirus, une réactivité exemplaire à l’échelle du pays

L’agilité gouvernementale

Dès l’apparition des premiers cas COVID19 dans le pays, le Gouvernement andorran a déclaré un confinement anticipé de presque toute la population. Dans ce pays de 76.177 habitants, les écoles, les lieux accueillant du publique, les entreprises et autres commerces ont ainsi fermé leurs portes dès la mi-mars, à l’exception des magasins d’alimentation et activités dites « essentielles ». Un plan de communication inédit s’est mis en place pour informer la population vivant en Andorre, et favoriser l’usage des gestes barrières ainsi que le port du masque.

Une réponse à la hauteur de la situation

Afin de faire face à la catastrophe annoncée, le Gouvernement andorran n’a pas hésité à débloquer 417M d’euros, ce qui représente quasiment le budget annuel de l’État ! Entièrement dédiée à la gestion de la crise SARS-CoV-2, cette somme est affectée à l’aide sociale à la population, aux dépenses médicales, aux aides aux entreprises, etc.

L’engagement des acteurs économiques

Pour faciliter la vie en Andorre durant le confinement, les principaux supermarchés du pays ont bousculé leurs habitudes en un temps record, pour booster leurs capacités de livraison à domicile. De nombreux restaurants se sont également adaptés à cette nouvelle configuration, en mettant en place des services de vente à emporter et de livraison jusqu’à lors peu proposés.

Quand vivre en Andorre réserve de bonnes surprises, même aux expatriés…

Si l’Andorre, qui ne fait pas partie de l’Espace Schengen, est plus connue pour les avantages liés à sa fiscalité que pour sa générosité en matière de « prestations sociales », le Gouvernement a pris des dispositions de grande envergure afin de soutenir sa population et son économie. Ainsi, du 1er mai au 31 décembre 2020, aura lieu le versement d’une allocation chômage inédite, et ce en dépit de l’absence d’une caisse de cotisation allocation chômage et autre fond de solidarité.

Une prise de conscience populaire

Même durant le confinement, vivre en Andorre peut être une aubaine. L’Andorre est en effet l’un des rares pays au monde à n’avoir pas décrété l’état d’urgence sanitaire, et ce grâce à la discipline de sa population. Après un confinement total de 4 semaines, le Gouvernement andorran a établi un « planning des sorties » afin de permettre à chacun de pouvoir prendre l’air une heure durant, un jour sur deux, et ce dans un périmètre de 2Kms autour du domicile.

L’implication sans limite des services sanitaires

Un système sanitaire solide

Habituée à accueillir de grandes quantités de saisonniers, et à recevoir une très grosse affluence de touristes (3 millions / ans), la Principauté d’Andorre est équipée d’infrastructures et d’équipements à même d’assurer la sécurité de tous. Pour faire face à l’épidémie, le pays dispose donc de matériel sanitaire en quantité et qualité suffisantes durant toutes les étapes de la crise. Grâce à des liens* historiques étroits tissés avec ces deux voisins français et espagnol, l’Andorre pourrait également compter sur leur aide logistique. L’hôpital de Foix a ainsi dès le début de la pandémie, averti la Principauté qu’elle pourrait compter sur des lits de réanimation, le cas échéant.

(* Les deux co-princes sont le Président de la République française et l’Évêque de La Seu d’Urgell en Espagne)

Un excellent ratio « lit de réanimation / habitant »

Le système hospitalier s’est adapté lui aussi à cette nouvelle situation en doublant le nombre de lits de réanimation par habitant, en seulement quelques semaines, et ce malgré un excellent ratio initial. Les hospitalisations et consultations non urgentes ont été déprogrammées et le personnel médical réquisitionné afin de se donner toutes les chances de gérer au mieux le pic épidémique. Chaque malade le nécessitant a ainsi pu recevoir un soin de réanimation, le système sanitaire andorran n’a à aucun moment souffert de saturation hospitalière. De quoi rassurer les candidats à la vie en Andorre !

Des dispositifs pour protéger la population

Pour gérer la pandémie, le gouvernement andorran s’est fait accompagner par le Dr Oriol Mitjà i Villar, expert virologue de renommée internationale. Chercheur espagnol, le spécialiste est également consultant en médecine interne et maladies infectieuses. De manière générale, l’Andorre a également eu l’extrême sagesse d’observer ce qui a fonctionné ou non dans les pays ravagés plus tôt par la pandémie, afin de profiter de leur expérience.

Côté traitement

La Principauté d’Andorre est l’un des premiers pays à avoir opté pour un protocole de soin à l’hydroxichloroquine et profite d’un taux de mortalité lié au Coronavirus parmi les plus bas du monde.

Côté dépistage

Un dépistage massif d’anticorps de la population démarre le 23 Avril et concerne toutes les personnes qui vivent en Andorre, premier pays au monde en terme de test antigène (2 fois le ratio de la Corée du sud). Deux tests sont prévus par habitant. On comptait déjà 20000* foyers inscrits sur la plateforme dédiée à cet effet 6 heures après la mise en ligne !

(* données du 19 avril 2020)

Vivre en Andorre pendant la crise du SARS-CoV-2

Le « déconfinement »

En fonction de votre numéro d’habitation soit pair ou impair, vous pouvez sortir les jours correspondants, aux horaires suivants, selon que vous soyez un sportif, une personne vulnérable, une famille, etc.

(NB. L’Andorre accueille énormément de sportifs professionnels expatriés)

Si l’usage des équipements sportifs et des parcs n’est pas encore permis, les enfants peuvent se dépenser en extérieur sans risquer de croiser des gens dits « fragiles », toujours dans le respect des gestes barrières naturellement. Comme un peu partout sur la planète, la solidarité s’est spontanément invitée dans la crise, et les âmes de bonne volonté se sont organisées pour aider les plus fragiles. Tel le reste du monde, le gouvernement entend rouvrir peu à peu certains commerce, mais ne se prononce pas quant au retour à une vie normale.

Côté expatriés vivant en Andorre

Andorran ou expatrié vivant en Andorre, le Gouvernement n’entend pas faire de différence. Chacun a les mêmes devoirs et profite des même dispositifs. Même les saisonniers vivant en Andorre, présents en très grand nombre au moment du confinement, bénéficient de l’aide de l’état. Leurs baux immobiliers sont reconduits, ils bénéficient gratuitement de la CASS (Sécurité Sociale) et sont assurés d’avoir de quoi manger. Les supermarchés ne prévoient pas de pénurie, il y a des masques, du Paracétamol et du gel hydro alcoolique dans les pharmacies, et le réseau internet tient le coup malgré la sur-sollicitation induite par le confinement. Rappelons que tout le pays est couvert par la fibre. Bref, même en temps de pandémie, il fait bon vivre en Andorre !

Ce n’est pas un hasard si la gestion de la pandémie en Principauté d’Andorre est saluée bien au-delà de ses frontières. Constitué de 12 Ministres et d’un Chef, le Gouvernement andorran a manifestement su prendre les bonnes décisions, au bon moment, pour le plus grand bien de ses résidents permanents et temporaires. Des éléments factuels que de plus en plus de candidats à l’expatriation devraient sûrement prendre en compte à l’avenir, dans le choix de leur pays d’accueil.

Andorre : la frontière, les douanes et les commerces enfin ouverts !

5 juin 2020

C’est le 1er juin 2020 que la frontière franco-andorrane a enfin rouvert, après plus de deux mois et demi de confinement. Ainsi accessible depuis la France, l’Andorre s’enorgueillit de pouvoir à nouveau accueillir les français, dans les starting-blocks depuis plusieurs semaines.

Lire plus